La revue temps zéro est une revue scientifique qui se consacre à l'étude des écritures contemporaines. Le concept de temps zéro renvoie à l'ambiguïté de la notion de « contemporain », étiquette tout ce qu'il y a de plus relatif : est contemporain ce qui est de notre temps.

En tenant le pari du contemporain, nous nous plaçons en situation relative : nous faisons d'aujourd'hui un temps zéro, point de référence pour observer la production actuelle, point de référence affirmé mais mouvant.

La revue temps zéro cesse ses activités avec la publication du numéro 12. Elle publiait deux dossiers par année (parution à l'automne et au printemps).

Vous trouverez ci-bas la rubrique « Incursions » , dans le cadre de laquelle étaient publiés des articles brefs. Les « Incursions » visaient à développer de nouvelles avenues critiques, à explorer intuitivement les enjeux poétiques et esthétiques des écritures contemporaines.

Dossier

cadre
En liant care et littérature, nous souhaitons nous aventurer dans l’examen d’une éthique encore en travail, qui paraît avoir étrangement partie liée avec le contemporain. En tant que pensée critique du présent exercée en filigrane dans un nombre croissant d’œuvres, la plasticité du care lui permet de dire un monde ressenti comme en crise, à prendre en charge, voire à réparer, à soigner d’un point de vue aussi bien attentionnel que concret, physique que philosophique. « Poétiques et imaginaires du care » vise à faire un premier état des lieux littéraire de cette notion en émergence, quoique porteuse déjà d’une historicité complexe : née de la psychologie du développement ; féministe par sa revendication de la moralité de la voix des femmes ; militante par sa mise en lumière des tâches jugées subalternes, bien qu’indispensables à la survie de tous ; mobilisée en théorie comme sur le terrain par les sciences politiques et sociales. L’introduction propose une vaste revue interdisciplinaire de la notion, qui fait valoir la transversalité du care. Suivent quatre analyses de poésie, de récits et de romans québécois et français. Puis la voix est donnée à l’écrivain Mathieu Simonet, qui revient dans un texte très personnel sur sa démarche de création, notamment en milieu hospitalier, celle-ci élaborant une poétique et sans doute une politique du soin. Une abondante bibliographie finale sur le care complète le numéro.

Ce numéro a été dirigé par Maïté Snauwaert et Dominique Hétu.

(photo : détail, photo prise par Chloë Rolland)

Incursions

09 avril 2018 - René Audet

temps zéro, fin

31 mars 2017 - Laurent Demanze

Petit éloge de la paranoïa

Dans cet article, il s’agit d’analyser les liens entre les récits d’enquête et la paranoïa. Au lieu de considérer qu’elle est un dérèglement de l’esprit ou une folie dans la démarche rationnelle, l’article montre qu’elle est inhérente au mouvement même de l’investigation. Il s’appuie notamment sur l’essai de Luc Boltanski, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, pour souligner les difficultés à interrompre une enquête et à justifier d’un point de vue épistémologique la suspension du geste herméneutique. Pour illustrer cette réflexion, l’article traverse quelques œuvres contemporaines, de Pierre Bayard à Éric Chauvier.

31 août 2014 - Marie-Laure Rossi

« Duras-Godard », conversation télévisuelle

Bien que l’esthétique conversationnelle subisse une profonde remise en cause dans la création littéraire du XXe siècle, son héritage est encore perceptible dans le cadre d’un genre inventé grâce au développement de la médiatisation, l’entretien littéraire. L’émission télévisée « Duras-Godard », diffusée en 1987, donne à comprendre comment la mémoire des salons mondains hante encore la réception par le public moderne. Mais elle montre aussi l’art de Marguerite Duras pour faire siennes les normes de cette pratique sociale et en tirer des effets esthétiques propres à enrichir son œuvre publiée.

31 octobre 2013 - Björn-Olav Dozo et Denis Saint-Amand
Une poétique de l’escorte
23 avril 2013 - Frank Wagner
« Comment le sais-tu ? »
31 mars 2013 - Maïté Snauwaert
Physique du deuil
28 février 2013 - René Audet
Des « incursions » sur temps zéro