Temps zéro http://tempszero.contemporain.info Écritures contemporaines. Poétiques, esthétiques, imaginaires fr temps zéro, numéro 12 - Poétiques et imaginaires du care http://tempszero.contemporain.info/document1588 En liant care et littérature, nous souhaitons nous aventurer dans l’examen d’une éthique encore en travail, qui paraît avoir étrangement partie liée avec le contemporain. En tant que pensée critique du présent exercée en filigrane dans un nombre croissant d’œuvres, la plasticité du care lui permet de dire un monde ressenti comme en crise, à prendre en charge, voire à réparer, à soigner d’un point de vue aussi bien attentionnel que concret, physique que philosophique. « Poétiques et imaginaires du care » vise à faire un premier état des lieux littéraire de cette notion en émergence, quoique porteuse déjà d’une historicité complexe : née de la psychologie du développement ; féministe par sa revendication de la moralité de la voix des femmes ; militante par sa mise en lumière des tâches jugées subalternes, bien qu’indispensables à la survie de tous ; mobilisée en théorie comme sur le terrain par les sciences politiques et sociales. L’introduction propose une vaste revue interdisciplinaire de la notion, qui fait valoir la transversalité du care. Suivent quatre analyses de poésie, de récits et de romans québécois et français. Puis la voix est donnée à l’écrivain Mathieu Simonet, qui revient dans un texte très personnel sur sa démarche de création, notamment en milieu hospitalier, celle-ci élaborant une poétique et sans doute une politique du soin. Une abondante bibliographie finale sur le care complète le numéro.Ce numéro a été dirigé par Maïté Snauwaert et Dominique Hétu.(photo : détail, photo prise par Chloë Rolland) lun., 09 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1588 « Nous cessons ici d’errer » http://tempszero.contemporain.info/document1589 Article de Dominique Hétu. Cet article propose une analyse comparative des romans Le ciel de Bay City et La maison d’une autre. L’objectif premier est de souligner les tissages complexes entre spatialité et care, entre les parcours géoémotionnels des sujets féminins et les relations attentionnées qui les façonnent. Il s’agit non seulement de circonscrire ces « géographies du care », mais aussi de montrer ce qu’elles révèlent comme tissage intersubjectif et comme manière de penser les vulnérabilités impliquées dans les expériences difficiles de l’espace vécu des personnages. Une telle approche au croisement du care et de la pensée spatiale permet d’amplifier, pour chaque œuvre, les fonctions des interactions et des intériorisations des personnages avec des figures fantomatiques à travers les lieux qui, et parfois de manière inattendue, procurent un certain soin. mar., 24 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1589 L’éthique du care et l’écriture postmillénaire de Louise Dupré http://tempszero.contemporain.info/document1631 Article de Marie Carrière. Cette étude aborde une éthique du soin ou du care, au sens moral et politique que lui donne la philosophe Joan Tronto (1993 ; [1993] 2009). Mais il s’agira surtout de montrer que le care peut être littéraire. Dans L’album multicolore (2014) de Louise Dupré, le care se manifeste comme une phénoménologie de la vie ordinaire, une ontologie éthique du sujet, ainsi qu’une poétique. Quant aux deux recueils de poésie Plus haut que les flammes (2010) et La main hantée (2016), l’écriture puise à même une pensée du care pour remémorer les corps et les mots dévastés par les horreurs de l’histoire humaine. La résurgence du care dans la pensée contemporaine – tout comme l’écriture de Dupré d’ailleurs – élargit et approfondit le féminisme duquel il provient. lun., 09 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1631 Les éthiques du care. Regards critiques dans les sciences humaines et sociales http://tempszero.contemporain.info/document1645 Les entrées de cette bibliographie sont regroupées par sections thématiques :- Philosophie morale- Sociologie et politique- Care et sujets racisé.es- Recherches féministes- Littérature, arts, cinéma- Santé, soin, médicalité- Animaux, bioéthique et environnement- Espace et géographie- Care et posthumainPhilosophie moraleBARTKY, Sandra (2002), Sympathy and Solidarity and Other Essays, New York, Rowman & Littlefield. BENBAJI, Yitzhak (2001), « The Moral, the Personal, and the Importance of What We Care About », Philosophy, vol. 76, no 3, p. 415-433.BERLANT, Lauren [dir.] (2004), Compassion: The Culture and Politics of an Emotion, New York, Routledge. BLUM, Alan, et Stuart J. MURRAY [dir.] (2017), The Ethics of Care: Moral Knowledge, Communication, and the Art of Caregiving, New York, Routledge. BLUM, Lawrence A. (1980), Friendship, Altruism, and Morality, New York, Routledge & Kegan Paul.BLUSTEIN, Jeffrey (1991), Care and Commitment: Taking the Personal Point of View, New York, Oxford University Press.BRAMER, Marilea (2010), « The Importance of Personal Relationships in Kantian Ethics: A Response to Care Ethics », Hypatia, vol. 25, no 1, p. 121-139. BROUGHTON, John M. (1993), « Women’s Rationality and Men’s Virtues: A Critique of Gender Dualism in Gilligan’s Theory of Moral Development », dans Mary Jeanne LARRABEE mar., 24 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1645 L’écriture-médicament http://tempszero.contemporain.info/document1604 Article de Mathieu Simonet. Depuis plus de quinze ans, l’avocat et écrivain Mathieu Simonet organise des dispositifs d’« autobiographie collective ». Il plaide pour une « littérature horizontale », dans laquelle tout le monde aurait sa place, où tout le monde aurait la légitimité d’écrire, un peu comme dans une boîte de nuit où tout le monde aurait le droit de danser. Il a par exemple proposé à 1000 patients de 37 hôpitaux de raconter leur adolescence dans des carnets, qui ont ensuite été confiés à des collégiens et des lycéens. À cette occasion, il s’est notamment intéressé à l’incidence de l’écriture sur le bien-être. Quelle est l’origine de ces dispositifs ? Quels sont leurs effets ? Comment aller plus loin ? lun., 09 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1604 « Points de suture » http://tempszero.contemporain.info/document1618 Article de Chloé Brendlé. Comment rendre visibles les liens qui unissent les êtres humains d’un monde globalisé et médiatisé ? L’article aborde dans le domaine littéraire cette question posée par les théories du care. Il dégage des poétiques de l’interdépendance à partir de quatre récits d’auteurs français contemporains (Annie Ernaux, Laurent Mauvignier, Emmanuel Carrère, Maylis de Kerangal). Partant de l’analyse de la métaphore de l’« onde de choc », il met au jour une esthétique et une narratologie de la mise en relation, ainsi qu’un désir de communauté. lun., 09 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1618 Poétiques et imaginaires du care http://tempszero.contemporain.info/document1650 Il me semble d’ailleurs qu’on ne devrait lire que les livres qui vous mordent et vous piquent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? […] nous avons besoin de livres qui agissent sur nous comme un malheur dont nous souffririons beaucoup, comme la mort de quelqu’un que nous aimerions plus que nous-mêmes, comme si nous étions proscrits, condamnés à vivre dans des forêts loin de tous les hommes, comme un suicide — un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous. Franz Kafka, « Lettre à Oskar Pollak » ([1904] 1984 : 575) Est-ce que la littérature peut être un lieu de réconciliation véritable ?J’ai besoin de le croire. Comme j’ai besoin de croire que certains mots prononcés en fiction sont porteurs d’un pouvoir de réparation réel, concret. Je dépose dans cette croyance une part de mon espérance,de ma solidarité, et un souhait : que notre présent opaque redevienne peu à peu lisible. Qu’on y déchiffre quelque chose comme un futur commun. Véronique Côté, « Pardon pour mon retard » (2017)L’éthique du care (ethics of care) a initialement été formulée dans l’ouvrage séminal de la psychologue américaine Carol Gilligan, In a Different Voice (1982), traduit une première fois en français en 1986, puis objet d’une nouvelle traduction en 2008, et, en 2010, d’une publication mar., 24 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1650 Éthique de la vulnérabilité et poétique du care chez Paul Chanel Malenfant http://tempszero.contemporain.info/document1656 Article de Evelyne Gagnon. L’œuvre poétique de Paul Chanel Malenfant développe une patiente écriture du deuil qui explore les figures de la mort et du passage, ainsi que les menus détails reconstruisant la possibilité du lien avec l’autre. Dans le tombeau poétique La petite mariée de Chagall (2012), la relation à la figure de la mère mourante s’allie à une éthique de la vulnérabilité (Ricœur, 1990, 2001, 2007), ce qui permet d’ouvrir un dialogue fertile entre poétique et éthique à la lumière des théories du care (Gilligan, [1982] 2008 ; Paperman et Laugier, [2006] 2011). La posture mélancolique du poète se conjugue donc à un questionnement philosophique, à travers une écriture élégiaque en mode mineur qui déploie de surcroît une poétique de l’accompagnement. Cette conscience accrue de notre fragilité intime et commune, qui offrirait un écho à ces nouvelles formes de souci de l’autre qu’explicitent les récentes éthiques du care, sera explorée ici à la lumière du travail poétique minutieux et savamment orchestré de Malenfant. lun., 09 avril 2018 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1656 temps zéro, numéro 11 - Le roman comme atelier http://tempszero.contemporain.info/document1434 La littérature québécoise a été scrutée à la lumière de ses figures duelles d'écrivains : autant André Belleau que Roseline Tremblay ont documenté ces représentations autoréflexives dans le corpus du XXe siècle. Une telle spécularité, qui n'est pas sans évoquer la « surconscience linguistique » québécoise, s'observe toujours en période contemporaine. Le métadiscours sur la littérature dans les fictions récentes semble en effet prendre les formes les plus diverses et se disséminer dans des instances moins aisément identifiables. Les articles de ce numéro de la revue temps zéro soutiennent l’hypothèse que cette propension à l’autoréférentialité s’est amplifiée au cours des dernières années, nombre de récits s’offrant comme des mises en fiction/question de l’écriture ou de la situation d’énonciation que s’assigne l’œuvre elle-même. Se font jour des ouvrages éclatés, aux frontières indécises entre le réel et la fiction ou entre divers niveaux de réel, mettant en scène des figures diffractées d’auteurs ou de romanciers fictifs appliqués à décrire sous forme de projet en gestation le texte que le lecteur a sous les yeux.Ce numéro a été dirigé par Lise Gauvin.(photo : détail de « desfases », par ajisabel, licence Creative commons by-nc-nd 2.0) ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1434 S’écrire et se disséminer http://tempszero.contemporain.info/document1463 Article de Marie-Hélène Constant. Cet article propose l’étude de l’essai Ce que dit l’écorce (de Nicolas Lévesque et Catherine Mavrikakis, 2014) afin de voir en quoi les figures d’écrivains que revêtent les auteurs, et qui préexistent à la publication, participent d’une lecture de la reconstruction, voire de la dissémination. Il s’agit de montrer en quoi la dissémination des références, des voix, des tons et des styles, ainsi que des éléments biographiques, place le lecteur du côté de l’identification à rebours. ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1463 Dans l’atelier de l’écrivain (auto)fictif http://tempszero.contemporain.info/document1491 Article de Marilyn Randall. L’enterrement de la sardine, dernier roman de la trilogie lisboète de Patrice Lessard, nous introduit à la fois dans le labyrinthe de la vieille ville de Lisbonne et dans celui de la narration de deux romans en train de se faire. La distinction entre fiction et autobiographie proposée dans l’avant-propos s’effondre vite devant les multiples intrusions du « réel » dans la fiction et de la fiction dans le « réel ». De plus, la facture fragmentaire de l’ensemble pose un défi au lecteur qui se trouve en plein atelier de l’écrivain, devant un portrait de l’artiste inachevé, inachevable. ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1491 A1 de Daniel Canty : une (nouvelle) aventure de lecture http://tempszero.contemporain.info/document1507 Article de Charline Pluvinet et Myriam Suchet. Coécrit à l’intersection de nos travaux sur l’hétérolinguisme et l’hétéronymie, cet article explore les pistes ouvertes par la mise en scène de la figure « D » dans A1 de Daniel Canty. Cryptonyme de l’auteur, dérivation d’un ABCD, génération typographique du texte ? L’ouverture des possibles interprétatifs nous invite à rejouer (avec) le texte en lui empruntant son protocole de fonctionnement, résolument ludique et relativement vertigineux… Si vous avez vous aussi envie d’expérimenter la fiction d’auteur comme une aventure des sens et de la pensée hors cadre, venez jeter un œil et lancer le… dé ! ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1507 De l’éclatement des formes au roman performatif http://tempszero.contemporain.info/document1520 Si la « surconscience linguistique » (Gauvin, 2000) de l’écrivain québécois se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage écrivant, le « pourquoi » écrire et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture. Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins fidèles ou parodiques de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont ses attributs et quelles fonctions lui sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? Quel discours sur la littérature tiennent les protagonistes écrivains ?Les aspects théoriques de l’autoréflexivité ont donné lieu à divers travaux. Mentionnons, parmi les plus célèbres, ceux de Michel Foucault sur Les mots et les choses (1966), de Lucien Dällenbach sur Le récit spéculaire (1977), de Jean Ricardou à propos des Problèmes du Nouveau Roman (1967). La métafiction peut ainsi prendre l’aspect d’une mise en abyme, d’un enchâssement, d’une duplication ou d’une réécriture autodiégétique ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1520 L’écrivain palimpseste dans L’expérience interdite d’Ook Chung http://tempszero.contemporain.info/document1568 Article de Gilles Dupuis. Dans son roman L’expérience interdite, Ook Chung introduit deux figures inédites d’écrivain fictif dans la littérature québécoise contemporaine, inspirées des cultures japonaise et himalayenne : l’otaku (ou hikikomori) et le mythique Yéti. Il imagine également une fiction dystopique gravitant autour de la figure de « l’écrivain encagé », qui emprunte ses traits au roman de science-fiction de H. G. Wells, L’île du docteur Moreau. À travers une lecture de ce roman qui interroge son statut générique (entre autofiction et science-fiction) et ses procédés littéraires (parodie et réécriture), il s’agit d’éclairer les diverses figures de l’écrivain fictif qui s’y profilent en relation avec celle de l’auteur. mar., 28 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1568 Nelly Arcan. (Im)postures de la prostituée http://tempszero.contemporain.info/document1569 Article de Marie-Hélène Larochelle. Cette étude propose l’analyse de la posture littéraire de Nelly Arcan à travers l’étude de son roman Putain. Il s’agira de montrer comment la construction du personnage de la prostituée éclaire d’une façon singulière les rouages et les roueries du genre de l’autofiction. L’autofiction force l’incarnation du sujet puisqu’il partage une dimension du réel mais, chez Nelly Arcan, le traitement du personnage de la prostituée rappelle sa théâtralité, son caractère profondément fictionnel malgré les apparences. Le personnage d’Arcan montre au lecteur qu’il y a rarement du « vrai » dans la vie d’une prostituée, selon un mouvement métafictionnel. ven., 31 mars 2017 00:00:00 -0400 http://tempszero.contemporain.info/document1569 temps zéro, numéro 10 - Cadrages contemporains sur les paysages des littératures francophones du Canada http://tempszero.contemporain.info/document1308 Le paysage se situe à la croisée entre sujet, texte et monde, trois données qui sont sujettes à d’infinies variations et influences réciproques. Or ces données sont encore plus problématiques dans des contextes de création marqués par la précarité. Le présent dossier réunit des articles s’intéressant à la représentation de paysages dans des textes de la francophonie canadienne, provenant autant de l’Acadie, du Québec, de l’Ontario que de l’Ouest canadien. En regard d’une telle diversité géographique, comment les auteurs et artistes contemporains représentent-ils ces paysages ? À quels genres littéraires, à quelles modalités discursives recourent-ils ? Le paysage suppose un espace référentiel dans lequel la subjectivité opère un découpage et une mise en forme – c’est ce que synthétise le terme de « cadrage » qui rappelle aussi l’un de nos modes privilégiés de « consommation » de paysages : la photographie. La production littéraire récente, comme l’illustre le présent dossier, marque un intérêt significatif pour la question paysagère, interrogeant les défis qu’elle pose aux communautés et les valeurs qu’elle recouvre.Ce numéro a été dirigé par Élise Lepage.(photo : détail de « leaking by the old silos », par Jes, licence Creative commons by-nc-nd 2.0) lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1308 Le paysage chez Robert Melançon http://tempszero.contemporain.info/document1309 Article de Élise Lepage. Cet article interroge le paysage urbain dans Le paradis des apparences (2004) de Robert Melançon en mobilisant tour à tour les concepts de « milieu » (Berque) et d’« espaces mineur et majeur » (Desportes), qui invitent à une conception ouverte et dynamique du paysage. Soulignant tout d’abord l’intérêt du sujet melançonien pour les paysages « pauvres » de l’univers citadin, la réflexion se concentre ensuite sur l’importance de la médiation picturale et la valorisation toute baroque des apparences, des jeux d’illusions et autres trompe-l’œil dont fait son miel cette poésie par ailleurs pétrie d’une sobriété toute classique. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1309 Lectures de l’espace dans Un vent prodigue de Simone Chaput http://tempszero.contemporain.info/document1379 Article de Anne Sechin. Le dernier roman de Simone Chaput, Un vent prodigue, nous présente l’entrelacs conflictuel de cadrages contemporains effectué par les quatre personnages sur les paysages, et illustre ainsi la problématique très actuelle du difficile positionnement du sujet par rapport à la « nature » dans un sens très large. Ce cadrage traduit, comme une sorte de prisme ou de filtre, le mode de relation au monde : le positionnement du sujet (son inscription, son détachement), son bagage (culturel et historique, ontologique et épistémologique) par rapport au monde, et plus largement l’interaction entre la Terre et l’humain. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1379 Le paysage atlantique dans Lettres à ma fille de Jean Désy http://tempszero.contemporain.info/document1325 Article de Myriam Marcil-Bergeron. L’écrivain-voyageur Jean Désy raconte dans Lettres à ma fille (1997) sa première navigation hauturière, qui consiste en une traversée de l’océan Atlantique à la voile. Deux pôles orientent la représentation du grand large dans ce récit, soit la projection du voyageur vers le dehors et la plongée dans ses souvenirs des paysages nordiques et sylvestres. Par une approche géopoétique, cet article vise à examiner les effets du rythme et de la polysensorialité ainsi que la manière dont l’expérience du Nord et de la forêt participe à la configuration du paysage atlantique. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1325 Roméo et / and Juliet http://tempszero.contemporain.info/document1340 Article de Mathieu Simard. Le poète franco-ontarien Patrice Desbiens représente fréquemment l’être aimé dans un cadre paysager. Ces paysages amoureux prennent notamment comme décors des villes, des lieux clos ou encore des espaces abstraits, qui apparaissent de manière successive dans la poésie amoureuse de l'écrivain. À partir d’une analyse de poèmes tirés de quatre recueils de Desbiens, cet article montre la transformation de la ville en lieu clos, puis en espace abstrait, chacun de ces déplacements rendant compte d’une métamorphose du discours amoureux et plus spécifiquement du rapport à l’être aimé. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1340 Cadrages contemporains sur les paysages des littératures francophones du Canada http://tempszero.contemporain.info/document1373 Quand nous aurons fini de laver ce paysageIl n’y aura plus de couleursni d’odeursIl n’y aura plus de motspour dire ce que nous avons faitRoland GiguèreSans doute la représentation de paysages de nos jours n’est-elle jamais exempte d’une prise de conscience assez récente de leur fragilité. Ceux-ci sont constamment transformés pour les besoins de l’urbanisme, des transports, de l’exploitation de matières premières, pour l’accueil touristique, la mise en valeur d’un patrimoine culturel ou naturel. Tantôt mis en spectacle ou (sur)protégés, tantôt affectés par notre rapport de plus en plus médiatisé – pour ne pas dire virtualisé – au réel, les paysages réclament notre attention. Notre cécité à leur égard est sûrement d’ailleurs à l’origine de tous ces problèmes : nous sommes devenus aveugles aux paysages qui nous entourent, nous les oublions et ne nous en préoccupons donc pas ou trop peu. Est-ce parce que nos capacités à instrumentaliser le monde environnant surpassent nos capacités à l’esthétiser ? Là où nous ne voyons qu’un environnement immédiat constitué d’un bric-à-brac de panneaux publicitaires surplombant des rues encombrées dont les façades semblent jurer l’une avec l’autre à travers le feuillage de quelques arbres maigrichons, nous pourrions voir autre chose, faire émerger quelque chose de différent. Simon Schama n’assigne pas d’autre objectif à son lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1373 D’exils et d’errances http://tempszero.contemporain.info/document1394 Article de Benoit Doyon-Gosselin. Cet article vise à étudier les paysages acadiens dans trois œuvres contemporaines appartenant à trois genres distincts : Paysages, une exposition de photographies d’Herménégilde Chiasson, « Kilométrage » une nouvelle du premier recueil de Pierre-André Doucet et Les trois exils de Christian E., une pièce de théâtre de Philippe Soldevila et Christian Essiambre. Contrairement aux paysages plutôt folkloriques qu’offrent les cartes postales ou certains textes canoniques acadiens, les œuvres analysées proposent soit un brouillage du paysage ou alors des paysages en mouvement en raison des choix de cadrages. Ces trois œuvres semblent témoigner de ce qu’il convient d’appeler la paratopie paysagère. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1394 Chronique d’une apocalypse ordinaire http://tempszero.contemporain.info/document1418 Article de Evelyne Gagnon. Le deuxième roman de Nicolas Dickner, Tarmac (2009), aborde tant la dislocation des liens familiaux que la peur toute contemporaine de l’anéantissement de l’humanité, en ouvrant dans la perspective paysagère un horizon de précarité qui fait écho aux périls écologiques et à l’instabilité globale qui menacent actuellement la planète. Le narrateur adolescent, obsédé par la prochaine apocalypse, offre une chronique à la fois amusée et inquiète du passage au XXIe siècle, empruntant une posture mélancolique qui détermine aussi la représentation des paysages et des décors. Ces récits de catastrophes (collectives, mais surtout intimes), loin des effusions spectaculaires ou des épanchements langoureux du pathos, affichent ce que nous nommons une mélancolie en mode mineur, teintée d’une nonchalance ironique, élaborant une poétique du détournement ludique. lun., 30 nov. 2015 00:00:00 -0500 http://tempszero.contemporain.info/document1418